Choisir entre deux processus de valorisation des déchets organiques

valorisation des déchets organiques

Sachez que les déchets organiques constituent les 30% des déchets rejetés par les ménages au quotidien. Ils sont donc présents en grande quantité. Toutefois, s’ils sont mal gérés, on peut s’attendre à un risque sur la santé publique, à une pollution des nappes phréatiques ou encore à une nuisance odorante. On peut alors les recycler pour les utiliser d’une autre façon : engrais, gaz…Vous voulez contribuer à la protection de l’environnement ? Valorisez vos déchets organiques ! Comment ?

Opter pour le compostage

Le compostage désigne un procédé de traitement aérobie ou en présence d’oxygène des déchets biodégradables par les micro-organismes. Parmi ces déchets, on compte les produits animaux, les restes d’aliments, les légumes, les déchets de jardinage et les boues issues des processus de recyclage des eaux usées. Cette solution de valorisation produit du gaz carbonique, de la chaleur et un résidu organique stable riche en composés humiques : le compost. Trois options s’offrent à vous si vous choisissez ce procédé :

  • Si vous habitez dans une maison individuelle ou sans colocation, le compostage individuel est idéal. Il permet de traiter à domicile les déchets organiques, dont les déchets verts représentent la plupart des déchets biodégradables qui y sont traités. Vous pouvez, par exemple, effectuer un compostage en tas, en bacs ou lombricompostage.
  • Vous logez dans un immeuble ou un appartement à étage ? Le compostage partagé est une solution à choisir. En principe, il consiste à faire rassembler les déchets organiques du quartier près d’immeuble ou dans une zone dédiée pour cela. Pour ce faire, les habitants apportent directement leurs déchets dans un composteur dédié.
  • Si vos déchets organiques sont en très grandes quantités, rien de mieux que d’opter pour un compostage industriel. Les spécialistes peuvent trier, broyer, cribler ou mélanger ces déchets pour en faire une composition utilisable. Ensuite, ils les fermentent et les stabilisent pour en faire un fertilisant.

Adopter la méthanisation

Pouvant alterner le compostage, ce processus s’avère être un peu plus difficile. Effectivement, il permet de réaliser un traitement biologique anaérobie ou dans un digesteur fermé des déchets. Cela veut dire que la réussite de ce processus dépend fortement de l’absence de l’oxygène et de la température. À noter que la dégradation s’effectue de 2 à 3 semaines.

Sachez que ce traitement biologique permet de créer une énergie renouvelable ou des engrais pour l’agriculture. Il produit du digestat, une matière humide riche en composition organique qui est partiellement stabilisée. Elle peut être retournée directement au sol ou après une phase de compostage. Il n’y a pas que cela, ce traitement crée en même temps du biogaz riche en méthane qui permet une valorisation énergétique.

Il faut noter que des opérations de pré-traitements sont effectuées avant la méthanisation. Toutefois, elles présentent une nette différence en fonction de la nature des déchets à traiter. Le traitement des biodéchets est, par exemple, précédé d’une étape d’hygiénisation ou pasteurisation. Tandis que pour les ordures ménagères résiduelles, une tri-méthanisation est indispensable. Il s’agit d’un tri mécanique qui permet d’éliminer des éléments indésirables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *