metha+, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Les projets > Un méthaniseur porté par une CUMA

Un méthaniseur porté par une CUMA

Flux RSSImprimer la page

Eliminer les nuisances olfactives des exploitations d'élevage

La CUMA de Marcillac-Saint-Quentin s'est lancée en 2009 avec 5 adhérents dans la création d'une unité de méthanisation aidée en cela par "le père des méthaniseurs" de la Chambre d'agriculture, Jean-Roland Lavergne, ancien responsable du Pôle Environnement et Territoire.

"Nous avons monté un dossier auprès de l’État. L'idée de départ était d'anticiper sur des nuisances olfactives de nos exploitations d'élevage, comme nous sommes dans un milieu protégé et touristique", explique le président de la CUMA de Marcillac-Saint-Quentin Gilles Tremouille.

Des voyages d'études en Allemagne, en Suisse et l'obtention d'aides publiques (PPE et FEDER) à hauteur de 40 % ont fini par les convaincre.

Le méthaniseur a été construit en octobre 2010. Un an plus tard, il fonctionne. 

"Il produit de l'énergie électrique vendue à ERDF et de l'eau chaude utilisée pour la préparation du lait de nos veaux de boucherie, il chauffe les habitations des adhérents et le digestat, sans odeur et aux valeurs fertilisantes, est récupéré pour l'épandre sur nos cultures. La vente électricité permettra d'amortir cet investissement."

La méthanisation répond donc à une première problématique pour les éleveurs de la COOP CUMA qui ont en commun la production de veaux de boucherie.

Le méthaniseur permet donc de diminuer considérablement les nuisances olfactives qui peuvent être occasionnées par les lisiers.

En plus d'être un complément à l'agriculture puisque le digestat inodorant est répandu sur les terres des exploitants tel un compost, "la chaleur issu du refroidissement du moteur est utiliser pour chauffer les habitations des 3 exploitations associées", explique Pierre Tremouille, éleveur du GAEC des Mas Bas un des adhérents de la COOP CUMA de Marcillac-Saint-Quentin.

► Retour sur le projet avec un éleveur adhérent de la COOP CUMA de Marcillac-Saint-Quentin : Pierre Tremouille.

"Il faut penser méthanisation comme consolidation de l'activité agricole"

Jean-Roland Lavergne, ancien responsable du Pôle Environnement et Territoire
Chambre d'agriculture de Dordogne

Dans la salle des machines, Jean-Roland Lavergne au centre, ancien responsable du Pôle Environnement et Territoire à la Chambre d'agriculture de Dordogne et Gilles Tremouille à droite, Président de la CUMA de Marcillac-Saint-Quentin.

Les projets en Dordogne

Un méthaniseur porté par une CUMA à Marcillac-Saint-Quentin

 

Un méthaniseur thermophile en constructionà Saint-Aquilin